• Oh ! que je t'aime

    18-03-2017

    Elle m'a tout de suite attiré dans sa robe orange,
    non tant par sa perfection,
    mais par ses souriantes imperfections la rendant si naturelle. 

    je la déleste de sa robe orange
    fait glisser de la pointe de mon couteau
    ses sous vêtements de dentelle jaune pâle 

    La voilà nue,

    je goûte sa chaire douce et sucrée

    avant de la couper en petits morceaux
    lacérant sa robe orange en fines lamelles

    Puis je rajoute un soupçon de sucre
    avant de  la faire chauffer à feux doux
    et la mettre en pot.

    Oh ! confiture d'orange, que je t'aime !

     

    Gabriel Fauré - Après un rêve - Camille Thomas_Julien Libeer

     

    « Le chant des couleursRichesses »

  • Commentaires

    24
    Mercredi 12 Avril à 08:48
    marine D

    Merci pour le mail à propos de la couleur orange, et la recette de la confiture d'orange que j'aime tant, ma maman l'adorait et c'est sans doute un peu pour cela aussi !

    Confusion et sensualité accompagnent bien tes images !

    Bonne journée commencée par cette gâterie...

     

    23
    mélanite
    Samedi 8 Avril à 17:43

    Tentateuuuuuur !! irrésistible, je vais m'en faire quelques pots !

    22
    Vendredi 7 Avril à 12:05

    je te lis sur mil, j'arrive ici, je savoure la recette sensuelle, j'adore tes choix musicaux, à bientôt !

    21
    Vendredi 24 Mars à 08:51

    se faire dévêtir, se faire goûter...
    en silence.
    Quel destin d'orange!

    20
    Jeudi 23 Mars à 11:20

    Chaud et si sensuel!

    19
    Mercredi 22 Mars à 12:53

    Un sourire... et même si je n'aime pas la confiture d'orange, c'est un très beau poème, Pascal.

    Bravo et merci pour ce partage.

    18
    Mercredi 22 Mars à 10:18

    Jolie gourmandise Pascal et combien savoureuse! j'avais lu le billet , sans l'image, le suspens était entier!  j'avais bien aimé aussi et souri  Chloé

    17
    Mardi 21 Mars à 18:48

    rhohhhh extatique!

    16
    Mardi 21 Mars à 09:11

    Elle ne se plaint pas de sa peau d'orange

    De sa cellulite

    Elle sait qu'un fin connaisseur la déshabille

    Pour la sublimer avant de la déguster

    Mmmm

     

    Belle journée Pascal

     

    15
    Lundi 20 Mars à 18:21

    Une extase à ce stade n'est même pas un pêcher .....

    Belle soirée Pascal

    14
    Lundi 20 Mars à 17:38

    Hum ! c'est l'heure du goûter, je veux bien déguster cette confiture d'orange dont tu as le secret !

    13
    Lundi 20 Mars à 08:54

    Suave et sensuel à souhait ton récit Pascal. Voilà bien une confiture dont je raffole. Ah souvenirs d'enfance quand vous nous tenez ! Douce journée à toi. Amitiés. Joëlle

    12
    Dimanche 19 Mars à 20:24

    Il est des délices qui nous feraient perdre la tête !!! Eclatants et savoureux, tes mots et tes photos !!! Bises

    11
    Dimanche 19 Mars à 18:26

    Il y a des jours comme celui-là, où la peine d’avoir manqué d’adresse et de promptitude, se creuse du récit triomphal adverse avivant mon échec : dans cette joie arrogante à même vos mots acérés malgré eux, mon désert a résonné en mille échos dévastateurs ! Mon cœur enfermé à double tour d’une solitude féroce, me rejouait la scène de ma rencontre avec elle : troublé, je la regardais, attirante par son indifférence, sertie dans cette étoffe terriblement négligente, qui ne cachait ni ne révélait rien d’elle mais, mystérieusement, faisait signe vers un trésor, à perdre la tête du moindre regard fasciné à mort…

    À distance, j’étais pourtant pris au piège, immobile, dans le magasin et hors du magasin !

    Puis une ombre passa entre nous, la dérobant pour toujours. Alors ahuri par sa disparition si brutale, je ne pouvais lui courir après. Déjà immobile et nulle part, je tombais, tombais, tombais dans un puits sans fond ! Ô rage inconnue ! Ô fatalité ! Mon cœur éructait à vitesse fusée, battant une chamade jamais éprouvée. J’en devins sourd muet aveugle, plongé dans le souffle bloqué de l’apnée, ce destin innommable ! La mort m’ayant fermé la tombe au nez, je vins assister ici à mon agonie lente interminable, d’autant cruelle que c’est vous, rival impudent, qui me racontez votre prise, ma déprise…Et alors ?

    Alors je vous remercie de m’apprendre qu’elle valait la peine, à la couleur de votre joie.

    Merci encore : par elle, notre complicité est scellée, dans cette version d’une écriture se voulant unique, à la fois inutile et nécessaire. À bientôt, Pascal…

    Florentin

     

    10
    Dimanche 19 Mars à 15:23

    Quelle jolie histoire smile et quel régal hummm la confiture d'orange ! comme une petite damnation !

    bon dimanche Pascal bisou

    9
    Dimanche 19 Mars à 10:58

    Voilà une recette fort gourmande qui met l'eau à la bouche !!!

    Du grand art....

    8
    Dimanche 19 Mars à 06:45
    julie

    Assassin !  Sanguin... comme l'orange tongue 

    Chouette billet, vais te donner mon adresse afin de m'envoyer quelques pots ! 

    Bon dimanche. Amitiés. 

    7
    Samedi 18 Mars à 21:11
    Pastellle

    Trop mignon ! Tu as essayé de nous avoir hein ! ;)

    6
    Samedi 18 Mars à 17:28

    biggrin

    Mouahahah !

    Moi j'attends les fraises du coin avec impatience en ce moment wink2

    5
    Samedi 18 Mars à 14:46

    Ha , toi alors, tu sais parler à la gente féminine ! Jai hâte de savoir comment tu parleras à cette douce fourmandise lorsque, dans quelques semaines, tu ouvriras le premier pot. A défaut de la goûter, je dois me satisfaire du plaisir des yeux , ce qui n'est déjà pas si mal ! 

    4
    Samedi 18 Mars à 14:42

    Attention!!! Une orange peut être amère si on ne prend pas bien soin d'elle. Un homme averti en vaut deux. 

    3
    Samedi 18 Mars à 14:41

    Une belle déclaration à une orange.

    2
    Samedi 18 Mars à 14:39

    Bel ode et délicieuse fin

    1
    Samedi 18 Mars à 13:56

    et en route vers le septième ciel!!!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :