• En pièces détachées

    23-02-2020

    A travers la vitre dépolie

    les rouages arrêtés

    d’une vie en pièces détachées

       Impressions
    Le maître n'est plus
    Plus de joie, plus d'émoi
    Le maître n'est plus
    Plus que des objets aux abois
    Elle est finie la cadence
    Du temps où des rouages la danse
    Rythmait les accents de la vie
    Sonnant de rires sans souci
    Le maître n'est plus
    Les engrenages aux dents pointues
    Attendent patiemment
    Qu'une âme offrant du mordant
    Vienne animer ce silence délavé
    Derrière les vitres endeuillées
    Mon Maître n'est plus
    La pluie gonfle un petit ru
    Mes larmes se mêlent aux gouttes
    Mes yeux ne voient plus la route
    Le monde englouti dans mon lac de tristesse
    Se fige dans la brume et peint la détresse...
         
         Maria-Carméla Duhin

     

    Etsuko Hirose · Moritz Moszkowski

    « Enfumage ou fumisterieSe soutenir »

  • Commentaires

    11
    NADINE LE REST
    Jeudi 27 Février à 08:49

    de la peinture....un regard de myope très poétique.L'abandon d'une vie,mais les traces sont toujours là.

    10
    Mercredi 26 Février à 18:49

    Le bric à brac de la vie est romantique et ses couleurs bien douces, vu derrière une vitre dépolie !

    9
    Mardi 25 Février à 23:43

     Impressions

    Le maître n'est plus

    Plus de joie, plus d'émoi

    Le maître n'est plus

    Plus que des objets aux abois

    Elle est finie la cadence

    Du temps où des rouages la danse

    Rythmait les accents de la vie

    Sonnant de rires sans souci

    Le maître n'est plus

    Les engrenages aux dents pointues

    Attendent patiemment

    Qu'une âme offrant du mordant

    Vienne animer ce silence délavé 

    Derrière les vitres endeuillées

    Mon Maître n'est plus

    La pluie gonfle un petit ru

    Mes larmes se mêlent aux gouttes

    Mes yeux ne voient plus la route

    Le monde englouti dans mon lac de tristesse

    Se fige dans la brume et peint la détresse...

    23h30 Le mardi 25 février 2020.

     

    8
    Lundi 24 Février à 13:07

    Du gris que l'on prend dans ses doigts
    Et qu'on roule disait Berthe Sylva (on a le références qu'on peut!) avec ce beau soleil moi je vais au jardin retourner mon terrain à la force de mes petits bras, pas de mécanique en vue hélas!! Bientôt c'est moi qui serait en pièces détachées!

    7
    Lundi 24 Février à 10:49

    Bonjour, laissons aller l'imagination derrière ces vitres il  peut s'en passer des choses...

    Bonne journée.

    6
    Dimanche 23 Février à 20:58

    De quoi peuvent-ils rêver ?

    5
    Dimanche 23 Février à 19:04

    Fleurs au coeur d'acier et à la beauté bleue, tremblantes dans leur cage de verre ...

    4
    Dimanche 23 Février à 18:59
    Passtelle

    J'aime beaucoup l'effet. Ce serait chouette de voir ce que ça donne avec un visage ou un corps derrière. 

    3
    Dimanche 23 Février à 18:16

    la vitre dépolie

    offre une nouvelle vie de poésie

    aux rouages grippés

    2
    Hélène ***
    Dimanche 23 Février à 14:35

    Magnifique cette peinture de grand maître, un chef-d’œuvre qu’il fallait remarquer!

    1
    Dimanche 23 Février à 13:56

    À en juger par leur couleur, ils semblent avoir conservé une éternelle jeunesse qui leur permettra, un jour peut être, de reprendre du service. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :